Actualité


16.01.2013

Prévisions: Ce que mijote 2013 au Cameroun


© Henri Onana Bandolo

Qu`est-ce qu`attendent les Camerounais pour l`année 2013? D`après les avis partagés, dans l`ensemble, ils attendent plus d`emplois, plus d`écoles, plus d`hôpitaux, et, c`est confirmé, plus de croissance...


Après le renvoi des élections municipales et législatives, il est constant que l`année 2013, sera une année essentiellement politique. On évoque entre autre la mise sur pied attendue du Sénat et la composition du Conseil constitutionnel.
 
Parallèlement, le secteur économique sera actif compte tenu de l`augmentation du taux de croissance du produit intérieur brut (Pib). En dehors de l`opération d`assainissement de la gestion publique, Paul Biya annonce pour bientôt la célébration du cinquantenaire de l`unité du Cameroun. Et patati et patata... l`Indépendant reste dans l`expectative.
 

ANNEE 2013 (1): Entre optimisme et pessimisme

D`aucuns se veulent alarmistes. Mais selon les indications, avec un taux de croissance du Pib en hausse, le budget 2013 devrait donner un coup de fouet à l`économie camerounaise.
 
L`année 2012 a définitivement tourné sa page. Et comme en 2011, le panier de la ménagère est resté vide tout le long des 12 mois qui se sont écoulés. La faiblesse des salaires et la flambée des prix de premières nécessités se sont conjuguées pour asseoir le mal vivre des Camerounais. Le fossé entre les riches et les pauvres s`est davantage fait grand, malgré les efforts épars des pouvoirs publics.
 
Le marasme généralisé a laissé l`ensemble des ménages amers. Mais au niveau des pouvoirs publics, l`on se veut optimiste pour l`année 2013. A commencer par le premier camerounais qui a indiqué quelques orientations budgétaires dont le renforcement des acquis sur le plan économique et social. Cette vision est contenue dans une circulaire signée le 9 juillet 2012 fixant les orientations générales de la politique budgétaire ainsi que les dispositions pratiques pour l`élaboration du budget 2013. D`après les prévisions, il est attendu un taux de croissance du Pib de l`ordre de 6,7% contre 5,7% en 2012, soit une hausse d`un point. Il convient de préciser que selon les estimations du Fonds monétaire international (Fmi), le taux de croissance mondial se situera autour de 3,9% en 2013. En Afrique subsaharienne, il oscillera autour de 5,3%. C`est dire si le Cameroun devrait s`en sortir bien. Ce qui pourra éventuellement, estiment les analystes, contenir l`inflation autour de 3%, malgré le contexte mondial difficile, marqué par la crise financière internationale.


Projet structurants

Dans le même registre des prévisions, il est attendu une amélioration du taux de croissance du fait de l`accroissement de la production des hydrocarbures et de la mise en œuvre effective de certains grands projets structurants (barrages de Lom Pangar, Memve`ele, etc...). «Au cours des derniers mots, nous avons lancé la construction de plusieurs barrages et de centrales hydro-électriques: Lom Pangar, Memve`ele. En début 2013, nous lancerons la construction du barrage de Mekin.
 
D`autres suivront, notamment lorsque nous aménagerons le cours de la Sanaga. La centrale à gaz de Kribi viendra bientôt compléter ce dispositif. Nous allons ainsi amplifier notre capacité de production d`électricité et mettre fin aux pénuries qui, depuis trop longtemps, pénalisent nos populations et nos industries. Au terme de ce processus, nous devrions même être en mesure d`exporter de l`énergie chez nos voisins moins bien doté que nous. A moyen terme, nous aurons ainsi gagné la bataille de l`énergie», dira le chef de l`Etat lors de son adresse à la nation le 31 décembre 2012. C`est dire s`il mise sur le démarrage ou tout au moins l`atteinte de la vitesse de croisière non seulement dans la réalisation des projets structurants d`envergure, et donc le développement des infrastructures énergétiques, de transport et de télécommunications, mais également dans la dynamisation des filières porteuses de croissance; l`accroissement de la productivité; la diversification des échanges, etc. Tout ce qui devrait contribuer à booster l`économie camerounaise. Toujours sur le plan économique, l`on prétend que le développement des infrastructures va connaître une accélération; il en est de même ajoute-t’on, de la mise en œuvre de l`agriculture de seconde génération qui devrait se matérialiser par l`intensification de la mécanisation agricole et l`utilisation des intrants le haut rendement ainsi que la transformation agricole.
 
A côte de tout cela, l`année 2013 va vibrer au rythme des élections municipales et législatives. Sans oublier la mise sur pied attendue du Sénat et la composition du Conseil constitutionnel. Outre la poursuite de l`opération d`assainissement de la gestion publique, Paul Biya annonce pour bientôt la célébration du cinquantenaire de l`unité du Cameroun. On spécule également sur le probable remaniement gouvernemental pour récompenser ceux qui vont continuer à accompagner le chef de l`Etat dans son vaste chantier des grandes réalisations. A condition, bien sûr de veiller à la sécurité du territoire qui se fait davantage préoccupante ces derniers temps aux frontières nationales.
 


Année 2013 (2): Ces autres évènements qui vaudront le détour

A part les indications qui prévoient que le budget 2013 devrait donner un coup de fouet à l`économie camerounaise, il convient de dire, parallèlement aux prévisions énoncées dans le traditionnel discours de présentation des vœux du chef de l`Etat Paul Biya, que d`autres faits tout aussi importants vont jalonner 2013.
 

1. Tenue des élections législatives et municipales

C`est le décret présidentiel du 30 mai 2012 qui a prolongé le mandat des conseillers municipaux camerounais de 12 mois. En principe, ces élections devaient être organisées en même temps que les législatives en 2012. Mais en raison notamment de la refonte du fichier électoral avec un enregistrement biométrique des électeurs, elles ont été reportées. Selon le gouvernement, les élections locales ne se tiendront pas avant juillet 2013 dans les 360 communes du Cameroun.
 
Il est vrai, le pouvoir a dû faire cette concession à la demande des puissances étrangères et de l`opposition. Mais les leaders de l`opposition ont changé de registre et réclament cette fois le bulletin unique, un vote à deux tours et une biométrie intégrale. Au gouvernement, on soutient tout simplement que le fait de procéder à la refonte du fichier en lieu et place d`une simple révision atteste, comme l`a expliqué Issa Tchiroma, de la volonté du chef de l`Etat d`organiser des élections transparentes qui ne seront pas contestées. «Dans notre souci permanent de moderniser notre processus démocratique et de renforcer la transparence et la crédibilité de nos élections, il a été décidé de refondre le fichier électoral et d`introduire la biométrie dans la confection des documents électoraux. Il est impératif que cette opération soit menée à bien dans les délais prévus. C`est le lieu pour moi d`adresser une invitation pressante aux Camerounais de s`inscrire massivement sur les listes électorales. Afin de faciliter ce processus, j`ai décidé de la gratuité de l`établissement des cartes nationales d`identité à compter du 1er janvier 2013», a ajouté Paul Biya le 31 décembre 2012. Et les prévisions font d`ores et déjà du Rdpc, parti majoritaire à l`Assemblée nationale, un sérieux candidat pour rafler les mises. A moins que notre opposition ne vienne déplacer les montagnes.
 

2. Composition du Conseil Constitutionnel

Selon les textes, le Conseil Constitutionnel est l`une des institutions nouvelles créées par la loi n° 96/06 du 18 janvier 1996 portant révision de la constitution du 2 juin 1972. En son article 46, la constitution la définit comme l`instance compétente en matière constitutionnelle. C`est lui qui statue sur la constitutionnalité des lois. Il est l`organe régulateur du fonctionnement des institutions, etc. Bien plus, d`après l`article 48, il veille à la régularité de l`élection présidentielle, des élections parlementaires, des consultations référendaires. C`est également lui qui proclame les résultats. En attendant sa mise en place prévue cette année, c`est la Cour suprême qui a eu à exercer ses attributions. Rappelons que le Conseil constitutionnel est composé de 11 membres désignés pour un mandat de 9 ans renouvelable: 3 sont nommés par le président de la République dont le président du Conseil; 3 par le président de l`Assemblée nationale après avis du bureau; 3 par le président du Sénat après avis du bureau et 2 par le Conseil supérieur de la magistrature.


3. Mise sur pied du Sénat

Il s`agit d`une promesse du Président camerounais Paul Biya lors de ses vœux de nouvel an, ce 31 décembre 2012. Créée par la Constitution adoptée en janvier 1996, cette chambre haute du parlement n`a jamais été mise en place. Le Sénat représente les collectivités territoriales décentralisées. Chaque Région sera donc en principe au Sénat par 10 sénateurs dont 7 élus au suffrage universel indirect sur la base régionale et 3 nommés par le Président de la République. Précisons également que la mise sur pied du Sénat était déjà un engagement pris par Paul Biya dans son discours d`investiture, le 3 novembre 2011 devant les députés.
 
«L`Assemblée nationale sera bientôt épaulée par le Sénat (...) Par ailleurs, le processus de décentralisation qui se poursuit de façon satisfaisante sera mené à son terme. (...) il nous faudra également installer le Conseil Constitutionnel qui est un organe essentiel pour le fonctionnement de nos institutions», avait alors soutenu le chef de l`Etat camerounais. D`ores et déjà, Paul Biya a appelé, dans son traditionnel message de fin d`année à la nation, les électeurs camerounais à s`inscrire massivement sur les listes électorales.
 

4. Nomination des membres du Conseil national de la communication

C`est depuis le 23 janvier 2012 que le Conseil national de la communication (Cnc), un organe de régulation et de consultation, est organisé. Jusque là, et aux termes de la loi sur la communication sociale au Cameroun de 1990 et du décret du 21 juin 1991 portant organisation et fonctionnement du Cnc, ce dernier était un simple organe consultatif. Désormais, il est doté de la personnalité juridique et de l`autonomie financière. D`après le décret du 23 janvier 2012, le Cnc est composé de 9 membres, tous nommés par le Président de la République. Pour son fonctionnement, le Cnc dispose d`un organe exécutif coiffé par un secrétaire général, lui aussi nommé par le Président de la République. Le Cnc est placé sous l`autorité du Premier ministre chef du gouvernement. Il a désormais pour principales missions de garantir la mission d`intérêt général des médias; de veiller au respect des textes qui régissent le secteur de la communication par tous les acteurs y exerçant; de veiller au respect des règles relatives à la création des entreprises de communication; garantir le pluralisme et l`équilibre dans les programmes des entreprises de communication... Dans ses prérogatives, le Cnc peut prononcer à l`endroit des organes de presse et des professionnels de la communication des sanctions allant de l`avertissement à l`interdiction définitive d`activités. Ce qui fait jaser au sein de la corporation. Ce qui est constant, c`est qu`à ce stade le Cnc ne se limite qu`à son président Joseph Befe Ateba. Les autres membres n`ayant guère été nommés.
 

5. Remaniement ministériel

On l`attendait en fin d`année 2012. Dans l`opinion nationale, le vaste mouvement des ministres devait intervenir avant les fêtes de fin d`année.
 
Finalement, les Camerounais devront encore attendre. Les spéculateurs prévoient cet échéance après les législatives. Pour eux, cela fait mauvais genre de procéder à un remaniement en ce moment. La longue absence du premier ministre qu`une certaine presse a d`abord considéré comme un démissionnaire velléitaire, y serait pour beaucoup? Difficile à dire. Mais d`après des avis, tout dépendra de l`agenda présidentiel et pourquoi pas des résultats des élections qui pointent à l`horizon. Paul Biya peut en effet procéder à un remaniement ou réaménagement à tout moment, sachant qu`il prend toujours son temps. Pour constituer un nouveau gouvernement, il sait sur quoi il se réfère... il faut en attendre donc des surprises. Au regard de son dernier discours, la jeunesse surtout a à espérer de ce côté-là. Le rajeunissement attendu en 2011, ou plutôt une révolution, pourra satisfaire les impatients. A défaut, un retour des ministres qu`on croyait définitivement mis au placard.
 

6. Lancement des activités de Viettel

Le troisième opérateur de téléphonie mobile est déjà là, malgré les prétendus tripatouillages qui auront entouré la sélection des candidats. On se souvient que le ministre des Postes et Télécommunications (Minpostel), dans un communiqué de presse signé le 23 juillet 2012, avait eu à déclarer que le comité de pilotage du projet d`ouverture du marché de la téléphonie mobile avait reçu des propositions d`offres d`environ 9 opérateurs dans ce secteur encore en friche. La commission d`analyse de ces offres ayant siégé le 20 juillet dernier, bénéficiait alors d`une quinzaine de jours pour présenter le rapport devant dévoiler les noms des entreprises retenues, et parmi lesquelles sortira le 3ème opérateur de téléphonie mobile au Cameroun. Ce rapport était donc attendu parce que d`un apport indéniable dans le domaine de la communication. Car, l`entreprise bénéficiaire de la 3ème licence communicationnelle devrait se doter au préalable des dispositifs de communication électronique à caractère international et des atouts importants, pour couvrir toute l`étendue du territoire national. Le choix de Viettel n`était pas donc évident, malgré le fait que le gouvernement ait opté de se faire assister par un conseil. Dans tous les cas, les nombreux consommateurs ont un an pourvoir le déploiement de ce nouveau géant qui va rivaliser Camtel, Orange et Mtn.
 

7. Poursuite de l`Opération Épervier

Ce volet était vivement attendu tout au long de l`adresse du chef de l`Etat du 31 décembre 2012. Et les Camerounais en ont été servis, même si d`aucuns ont toujours tramé à redire sur son efficacité. Mais toujours est-il que lors du traditionnel discours du chef de l`Etat à la nation, Paul Biya a donné quelques indications à ce sujet. «Ainsi, quoi qu`on puisse en dire, nous avançons résolument dans la voie de l`émergence, guidés par nos feuilles de route, comme le navigateur avec sa boussole, attentif aux écueils qui pourraient se trouver sur sa route et profitant des vents favorables pour abroger les étapes. Oui, je l`affirme, la nouvelle dynamique est en route et rien ni personne ne pourra l`arrêter. Devons-nous pour autant pavoiser? Certainement pas. Je suis bien conscient en effet que nous devons encore compter avec l’inertie, l`incompétence, voire la malveillance de certains qui freinent notre redressement. S`y ajoutent la corruption sous diverses formes et la fraude dans la passation des marchés publics. Le récent rapport de la Conac est particulièrement édifiant à cet égard. Il va de soi que ces atteintes à la fortune publique ne resteront pas impunies», promet le Président de la République. Il est donc clair que le dernier rapport de la Conac ne manquera pas de faire tomber les têtes. Et quelles têtes donc?
 

8. Commémoration du Cinquantenaire de la Réunification

«(…) je suis heureux d`annoncer que les conditions paraissent pouvoir être réunies dans quelques mois pour célébrer, avec toute la solennité souhaitable, le cinquantenaire de la Réunification». C`est la promesse faite par le chef de l`Etat lors de son discours de fin d`année 2012. Cette fois, Paul Biya entend se rattraper après le rendez-vous manqué de 2012. En effet, lors de son discours du 31 décembre 2011, il avait promis la tenue de l’évènement l`année dernière. «Je voudrais dire que le cinquantenaire de notre réunification intervenue comme vous le savez le 1er octobre 1961, sera célébré avec toute la solennité nécessaire. Seule la concomitance de la date de l`anniversaire de cet évènement historique avec celle de l`élection présidentielle nous a empêchés de le commémorer au moment où nous l`avions souhaité. Il le sera dès que possible, à Buéa, avec toute la dignité et la ferveur voulues, car nous ne devons jamais oublier que la réunification fut le premier pas de notre nation vers son unité», avait-il rassuré les uns et autres. En 2013, le Président de la République compte remettre ça.



Source : Autres


 à un ami | Imprimer


    WHAT COMPETENCE PROFILE FOR CITIZENS DOES THE EDUCATIONAL SYSTEM OF CAMEROON HAVE TO DEVELOP FOR THE EMERGENCE OF CAMEROON AT THE 2035 HORIZON?
    Cameroun: Les chiffres du chômage inquietent - Grosse peur sur l’avenir
    Sanaga-Maritime: De l’énergie solaire pour palier au manque d’électricité
    Atlantic Energy : comment les sociétés autochtones sont en passe de transformer l´industrie pétroliè
    Le projet Compétences 2035 de la Diaspora permet de trouver les offres d´emplois
    Développement – Implication des élites extérieures: A quoi sert la diaspora camerounaise?
    Zacharie Perevet, Ministre de l`Emploi et de la Formation Professionnelle: «Les 200.000 emplois sero
    2500 emplois en vue dans un projet d`énergie solaire au Cameroun
    Le Cameroun va construire 250 centrales solaires pour renforcer l’offre énergétique du pays
    Bilan 2012 : L`Afrique au bord du démarrage économique
    Cameroun: Le budget programme pour consolider la politique des Grandes Réalisations
    Cameroun : Le Chef de l’Etat parle aux jeunes
    Alamine Ousmane Mey (Ministre des Finances): «Notre économie est bonne»
    Les capitaux des banques agricole et des Pme libérés
    Economie: Les petites foulées des grandes réalisations
    Message du Chef de l’Etat à la Nation : l’investissement repart
    Cameroun : Plus de 600 millions USD de financement de la BID pour 49 projets, en plus de 30 ans
    "Grandes réalisations": Un Code des Pme camerounaises en gestation
    Cameroun : Le gouvernement s`engage à renforcer la compétitivité des PME avec le crédit-bail
Retour